Objectif de l’information des patients

Le principe de base est que seule la personne sur laquelle le traitement médical est effectué peut donner un consentement juridiquement valable à une intervention. L’information étant une condition préalable indispensable à ce consentement, la personne concernée doit également être informée.
En principe, cela s’applique également aux mineurs ou aux personnes incapables, à condition qu’ils soient capables de discernement. En cas d’incapacité de jugement, c’est le représentant légal qui donne son consentement à l’intervention. En l’absence de représentant légal, l’environnement plus large du patient (les proches) doit être impliqué et une tentative doit être faite pour peser les intérêts objectifs et définir une volonté présumée du patient.